#66 Lecture – Adultère

Hello les girafons !

J’ai récemment lu un auteur brésilien, qu’il me tardait de découvrir. Il s’agit de Paulo Coelho. Le seul hic, c’est que je ne pense pas avoir commencer avec le meilleur livre de sa bibliographie.

COELHO Paulo, Adultère. Editions Flammarion, 2014. 312 pages.

adultère

  • Résumé (4ème de couverture):

Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite : elle a un mari aimant, des enfants bien élevés, un métier gratifiant de journaliste et habite dans une magnifique propriété à Genève. Cependant, elle ne supporte plus de faire semblant d’être heureuse quand, en vérité, elle ne ressent rien d’autre qu’un sentiment grandissant d’apathie et d’indifférence.

Jusqu’au jour où elle retrouve un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et, lors d’une interview, il éveille en elle un sentiment oublié depuis longtemps : la passion. Elle fera tout pour reconquérir cet amour impossible et devra aller au plus profond d’elle-même pour enfin trouver le bonheur.

  • Mon avis:           14/20

J’ai commencé cette lecture sereine car j’avais entendu beaucoup de bien de la plume de Paulo Coelho. Mais je dois bien avouer que j’ai vite était surprise par la tournure que prenait son écriture. En effet, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de passages assez crus, la plume ne m’a pas parut si poétique que je l’avais entendu dire sur des blogs. De plus, le sujet n’est pas très original: on va suivre une femme qui a tout pour être heureuse, mais en veut toujours plus, et en dépassant les limites, elle va s’apercevoir qu’elle avait déjà tout ce dont elle avait besoin. Bon, je caricature, mais en gros c’est ça. Je pensai que l’auteur irait plus en profondeur dans la psychologie du personnage. J’ai pas était totalement convaincu avec ce livre, mais je compte lire L’alchimiste afin de me faire un avis plus tranché sur cet auteur.

  • Citations:

« La vie, ce n’est pas de longues vacances, mais un apprentissage constant. »

« Je suis aujourd’hui une femme partagée entre la terreur que tout change et la terreur que tout reste pareil jusqu’à la fin de mes jours. »

Et vous, connaissez-vous cet auteur ?

A très bientôt,

Little Meggy

 

#65 Lecture – Le poison d’amour

Hello les girafons !

Il y a quelques semaines, je vous présentez L’élixir d’amour d’Eric-Emmanuel Schmitt. J’ai rapidement lu le 2ème livre de cette série (il n’y a pas d’ordre à préférer pour lire ces deux ouvrages).

SCMITT Eric-Emmanuel, Le poison d’amour. Editions Albin Michel, 2014. 160 pages.

le poison d'amour

  • Résumé (4ème de couverture):

Quatre adolescentes de seize ans liées par un pacte d’amitié éternelle tiennent le journal de leur impatience, de leurs désirs, de leurs conquête et de leurs rêves. Comment éviter les désastres affectifs dont les parents donnent l’image quotidienne dans leur couple ? Hier encore des enfants, les voilà prises au piège de cette émotion bouleversante, l’amour, prêtes à entrer dans ce domaine mystérieux, cette folie qui peut les transformer en monstres. Tandis qu’au lycée on s’apprête à jouer Roméo et Juliette, imprévisible et fatale, un drame se prépare…

  • Mon avis:                       18/20

Au départ, on suit le quotidien assez banal de quatre adolescentes à travers leur journal intime et les messages qu’elles échangent. J’ai trouvé étrange que l’auteur choisisse quatre adolescentes comme narratrices. Elles sont toutes différentes, mais ont toutes les mêmes préoccupations: la transformation de leur corps d’enfant vers un corps de femme, leur première relation sexuelle, etc… Mais au fur et à mesure des pages, le contenu devient de plus en plus profond: l’auteur va s’intéresser aux sentiments les plus enfouis qu’éprouvent les personnages. Amitié, amour, jalousie, détresse, malveillance, autant de sentiments que vont connaître les personnages. L’auteur va nous faire réfléchir sur l’amour, et on va se poser un millier de questions: Est-ce dangereux d’aimer ? Peut-on aimer la même personne toute une vie ? Peut-on pardonner ? Etc…

Là encore, Eric-Emmanuel Schmitt garde une écriture pleine de poésie, ce livre se lit très rapidement. Et même si je me doutais de la tournure que prendraient les évènements, je ne m’attendais absolument pas à cette fin! Je suis séduite, et je lirai d’autres de ses romans.

  • Citations:

« Je hais l’amour. Je tiens à me révolter contre lui. Si aimer veut dire subir, ne plus s’appartenir, devenir esclave, je ne veux pas aimer. Je préfère frapper. Je préfère provoquer. »

« C’est étrange une main… Tant qu’elle se tient à distance, elle se contente de prolonger un bras, on ne la remarque pas ; en revanche, sitôt elle se pose sur notre peau, s’ensuit une métamorphose ; elle change de consistance, veloutée, ferme, calleuse, molle, moite, sèche ; elle modifie sa température, chaude, froide ou glacée ; elle acquière de la personnalité, cesse de se taire, bavarde, transmet des sentiments, l’attraction, la violence, le dégoût ; bref, elle s’arroge une bizarre indépendance, la main posée sur notre peau, elle se coupe du corps auquel elle appartient et gagne de la présence. »

A très bientôt,

Little Meggy

 

#64 – Organisation/papeterie

Hello les girafons !

Je vous parle aujourd’hui organisation ! Ou comment organiser ses RDV, les tâches que l’on a à faire, et noter toutes les petites choses qui nous sont utiles au quotidien. Ces derniers temps, on entend parler un peu partout de Bullet journal, mais j’ai choisi de ne pas en faire et d’utiliser un autre support que je juge beaucoup plus pratique pour moi: le bon vieux filofax !

orga 1.JPG

Pourquoi je n’ai pas choisi le bullet journal ?

Le bullet journal consiste à prendre un carnet, et de le personnaliser en créant soit même ses dailies pour marquer au quotidien ses tâches, RDV, etc… On y ajoute des pages annexes avec des listes précises (par exemple liste des livres lus, ou liste des choses à tester, etc…). J’adore le principe mais je le trouve extrêmement chronophage car il faut créer toutes les pages soit-même. En effet, il faut faire votre calendrier annuel, du mois, etc… Et pour ma part, j’aurai eu trop de pression à vouloir faire quelque chose de joli et de parfait.

C’est pourquoi j’ai choisi de prendre un filofax !

En effet, dans le filofax, vous avez plusieurs intercalaires. Le principal étant la partie « agenda » où l’on retrouve tous les jours de l’année. Lorsque vous achetez les recharges, vous pouvez choisir le format de votre calendrier journalier: une semaine sur une page, une semaine sur deux pages, deux jours par page, etc… J’ai choisi de prendre 2 jours par page, ainsi j’ai largement la place de noter tout ce dont j’ai besoin (mon filofax est en format personal). Et je reprend les rubriques que l’on peut retrouver dans un bullet journal: icône météo, anniversaires, tâches à réaliser, etc… Et le fait d’avoir les jours déjà marqués permet de programmer bien à l’avance les choses que l’on a à faire.

orga 3.JPG

Et comme il y a plusieurs intercalaires, j’ai créé des parties où je marque toutes les choses importantes ou utiles à mes yeux. Voici quelques exemples:

Ce diaporama nécessite JavaScript.

J’ai créé des trackers, je met des notes, j’inscris également mes dépenses, etc… Et c’est modulable à l’infini.

L’autre avantage que je trouve par rapport au bullet journal, c’est que lorsque l’année est terminée, j’ai juste à changer les dailies et je garde toutes les listes et choses importantes que j’ai pu noter dans les autres intercalaires. C’est pourquoi je trouve que le format filofax est une excellente alternative au bullet journal !

Et vous, comment organisez-vous vos journées ?

A très bientôt,

Little Meggy

 

 

#63 Cuisine – Coleslaw

Hello les girafons !

Je reviens aujourd’hui pour vous présenter une recette toute bête, celle du Coleslaw ! Pourquoi le coleslaw ? C’est une salade idéale en été, et je voulais vous prouver que la faire soit même ne coûte pas plus cher que de l’acheter toute pré-faite au rayon frais de vos supermarché ! En effet, pour environ 500g de coleslaw, cela vous coûtera moins de 2€ !

caleslaw.JPG

  • La petite histoire:

Le coleslaw est une salade d’origine hollandaise (kool: chou et sla: salade). On le retrouve énormément dans les diners américains accompagnant les burgers ou les hot dogs.

  • Ingrédients: (pour environ 4 personnes)

– 2 carottes                                                                     – 1/2 chou blanc

– 3 cuillères à soupe de vinaigre (de noix)                – 2 cuillères à soupe de moutarde

– 6 cuillères à soupe de mayonnaise                          – sel, poivre

  • Recette:

Râpez les carottes et le demi chou. Si vous n’avez pas de robot pour râper les aliments, sachez qu’il existe des râpes à légumes manuelles comme par exemple celle-ci.

Préparons ensuite la sauce: dans un petit bol, mettez le sel, le poivre et la moutarde. Ajoutez le vinaigre en remuant. Ajoutez ensuite la mayonnaise et mélangez pour obtenir une sauce onctueuse.

Vous n’avez plus qu’à verser la sauce sur les légumes. Dégustez aussitôt si vous aimez les légumes croquants, si vous les préférez plus tendre, attendez une à deux heures. Attention, si vous faites vous-même la mayonnaise pour cette recette, n’oubliez pas que les œufs crus ne se conservent que très peu de temps ! C’est pour cela que j’ai préféré prendre une mayonnaise du commerce.

Bon appétit !

A très bientôt,

Little Meggy

 

 

 

 

#62 Lecture – L’élixir d’amour

Hello les girafons !

C’est derniers temps, j’ai un rythme de lecture plutôt rapide. Je viens vous présenter un roman d’Eric Emmanuel Schmitt. Je vous avez déjà présenté une de ses nouvelles que vous pouvez retrouver ICI.

SCMITT Eric-Emmanuel, L’élixir d’amour. Edition Albin Michel, 156 pages.

l'élixir d'amour

  • Résumé (4ème de couverture):

« L’amour relève-t-il d’un processus chimique ou d’un miracle spirituel ? Existe-t-il un moyen infaillible pour déclencher la passion, comme l’élixir d’amour qui jadis unit Tristan et Iseult ? Est-on, au contraire, totalement libre d’aimer ? » Anciens amants, Adam et Louise vivent désormais à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, lui à Paris, elle à Montréal. Par lettres, tout en évoquant les blessures du passé et en s’avouant leurs nouvelles aventures, ils se lancent un défi: provoquer l’amour. Mais ce jeu ne cache-t-il pas un piège ?

  • Mon avis:          18/20

Il s’agit d’un roman épistolaire, d’un échange de lettre entre Louise et Adam, fraichement séparés. Ils vont échanger ensemble des réflexions sur l’amour, le coup de foudre, etc… J’ai d’ailleurs pu en retirer plein de belles citations. J’aime beaucoup le style d’Eric-Emmanuel Schmitt, son écriture est fluide et pleine de poésie. Il y a des lettres plus courtes que d’autres et cela donne un bon rythme au roman. J’ai dévoré ce roman en un après-midi ! L’apothéose de ce livre est la fin ! Elle est surprenante et inattendue ! L’auteur aurait peut-être pu ajouter quelques pages à ce livre un peu trop court.

  • Citations:

« On ne souffre pas de ses désirs; on souffre simplement du fait qu’une fois comblés ils renaissent, comme s’ils ignoraient la trêve de la satisfaction. »

« L’amour échappe à la logique, n’appartenant ni aux raisonnements, ni aux preuves, ni à la vérité: il relève du choix personnel. »

A vous, partagez moi vos lecture de cet auteur !

A très bientôt,

Little Meggy

 

#61 Lecture – La dame à la licorne

Hello les girafons !

J’ai beaucoup entendu parler des romans historiques de Tracy Chevalier à travers les blogs ou des vidéos Booktube, alors, je me suis lancée dans l’un de ses romans, La Dame à la Licorne.

CHEVALIER Tracy, La Dame à la Licorne. Editions Folio, 2005. 356 pages.

la dame à la licorne

  • Résumé (4ème de couverture):

Désireux d’orner les murs de sa nouvelle demeure parisienne, le noble Jean Le Viste commande une série de six tapisseries à Nicolas des Innocents, miniaturiste renommé à la cour du roi de France, Charles VIII. Surpris d’avoir été choisi pour un travail si éloigné de sa spécialité, l’artiste accepte néanmoins après avoir entrevu la fille de Jean Le Viste dont il s’éprend. La passion entraînera Nicolas dans le labyrinthe de relations délicates entre maris et femmes, parents et enfants, amants et servantes.

  • Mon avis:      20/20

Cette lecture a été pour moi un coup de cœur ! J’ai été passionné par le récit de Tracy Chevalier. En effet, on entre très facilement dans le roman et on se laisse emporter dans cette histoire de tapisserie, malgré le fait que c’état pour moi un sujet complètement inconnu. J’ai adoré découvrir la description de cette tapisserie que je ne connaissais pas, au point que j’ai maintenant très envie d’aller les découvrir en vraie (elles sont au musée de Cluny à Paris).

L’auteure a une plume très fluide, elle alterne la narration entre les différents personnages ce qui rythme le récit. On ne ressent pas du tout de lourdeur lié au fait que l’histoire se passe au Moyen-âge.  La tapisserie va être le point commun entre tous ces personnages. Les liens et les relations entre eux sont multiples: il va s’agir d’amour, de passion, mais aussi de relation mère-fille conflictuelle, et l’auteure va notamment mettre l’accent sur le mariage « forcé », comme il était de rigueur à cette époque. Bref, tout le contexte que créé l’auteure est passionnant.

Je tiens à préciser que l’auteure propose ici sa version de l’origine de la tapisserie, et qu’en aucun cas il s’agit de la véritable histoire de la Dame à la Licorne puisqu’à ce jour, personne ne sait qui a créé cette tapisserie.

  • Citations:

« Ce n’est qu’après avoir coupé les fils de chaîne et posé la tapisserie sur le sol que nous la voyons teminée. Nous contemplons alors en silence le résultat de notre labeur. Vivre pareil instant est proche de la sensation que vous avez à manger des petits radis craquants et printaniers après avoir été condamné à des mois de vieux navets. »

« Je l’ai peinte en pensant à vous, Madame, afin que ces tapisseries traitent non point de la seule séduction, mais aussi de l’âme. »

Quel livre de Tracy Chevalier me conseillez-vous ?

A très bientôt,

Little Meggy

 

 

 

 

#60 Lecture – La folle aventure d’une mère de jumeaux

Hello les girafons !

Dans le cadre de la masse critique de Babélio, j’ai reçu un livre en échange d’une critique faite sous les 30 jours après réception. Je remercie vivement les éditions La source Vive et le site Babélio ! J’ai donc reçu le livre suivant:

EHRENTRANT Pom, La folle aventure d’une mère de jumeaux. Editions La source vive, 2017. 204 pages.

la folle aventure

  • Résumé (4ème de couverture):

« A la base, je ne voulais pas d’enfant. J’apprends que j’en attends deux à la fois. Et je me sens soulagée. C’est déroutant. En réalité, cela s’explique très bien: mon cerveau a déjà commencé à muter, mais je ne le sais pas encore. » A travers ce récit jubilatoire, l’auteur partage son expérience anticonformiste de femme enceinte, de mère débutante et d’épouse expatriée. Pom Ehrentrant ose dire ses arrières pensées les plus irrévérencieuses, démontant avec un mélange d’humour et d’émotion les idées reçues sur la maternité. Une histoire aussi intime qu’universelle.

  • Mon avis:                 17/20

C’est un très joli témoignage bourré d’humour. L’auteur prend ce ton humoristique pour décrire son expérience de maman, mais aussi pour dénoncer la mauvaise considération des mères au foyer et les clichés qui s’y rapportent. A travers quelques anecdotes, l’auteur nous décrit son quotidien, ses doutes, etc… Expatriée au Mexique à cause (ou grâce ?!) au travail de son mari, elle se retrouve presque seule avec ses jumeaux dans un pays dont elle ne parle pas la langue. Elle se retrouve vite exténuée et débordée, mais c’est sans compter sur ses deux bambins pour lui redonner le sourire !

Je n’ai pas encore d’enfant, mais je suis certaine que ce livre est à mettre entre toutes les mains des mamans qui sont à bout, et qui culpabilisent ! Il pourra leur remonter le moral et leur montrera que les mères au foyer ont autant de mérite que les mamans qui travaillent !

  • Citations:

« C’est indescriptible. C’est magique aussi, car en une fraction de seconde, le crustacé chauve et fripé que j’ai sorti de son couffin devient…un bébé. Mon bébé. Mes bébés… Et moi, je suis devenue maman. »

« Souviens-toi que tu les aimes, qu’ils sont ce que tu as de plus précieux sur terre, que quand tu croyais qu’il allait mourir le mois dernier, tu voulais mourir aussi ».

A très bientôt,

Little Meggy