#105 Lecture – Bébé dis-moi qui tu es

Hello les girafons !

Ce n’est pas une fiction que je vais vous présenter aujourd’hui mais un livre pratique pour aider les futurs parents à mieux comprendre leur nouveau-né. Il est évident qu’il n’y a pas de recette miracle pour être de « bons parents », mais ce livre va permettre de donner les clés et les outils aux futurs parents pour s’occuper de bébé dans les meilleures conditions possibles.

GRANDSENNE Philippe, Bébé dis-moi qui tu es. Editions poche Marabout, 2013. 288 pages

bébé dis moi qui tu es

  • Résumé (4ème de couverture):

L’arrivée d’un nouveau-né entraîne ses parents dans une aventure pleine d’imprévus.
Loin des théories et des idées préconçues, ce livre, écrit par un pédiatre, n’a qu’une ambition : celle d’ aider les parents à regarder vivre leur bébé pour le comprendre tel qu’il est.

  • Mon avis:    17/20

Ce livre est une mine d’informations pour tous les futurs ou jeunes parents ! En revanche, je ne pense pas qu’il puisse se suffire à lui seul. Je m’explique: L’auteur va prodiguer des conseils aux futurs parents sur divers thèmes tel que sur la sécurité, l’alimentation, le sommeil, jusqu’à décrire comment donner un bain. L’auteur va insister lourdement sur un point: le bébé met selon lui, cent jours à se régler sur un rythme régulier, notamment pour « qu’il fasse ses nuits ». Tout ça c’est très bien, mais ma question c’est pourquoi ? Parce que les animaux le font ? Drôle d’argument. Certains conseils sont à mon sens à relativiser et à remettre en considération: lorsqu’il parle de la toilette et des bains, il parle de laver bébé très rapidement à la naissance ? What ? Aujourd’hui l’OMS recommande de différer ce 1er bain dans les 1er jours, et certaines maternités ne le pratique pas dans les 3 premiers jours de vie ! Alors la première édition date de 1996, ceci explique peut-être que certains conseils sont désuets, c’est donc important de les confronter avec plusieurs sources.

Néanmoins, l’auteur rappelle de très bon fondamentaux: il faut écouter son bébé, lui faire confiance. Il aide à déculpabiliser les parents qui ont souvent peur de ne pas savoir comment faire. Le passage qui m’a le plus plu: lorsqu’il parle des critiques de l’entourage, qui peuvent contribuer à mener au baby-blues. Il faut ne pas les prendre en compte, et faire ce que nous estimons de juste pour notre enfant, et non pas ce que les autres pensent juste. Bref, c’est un livre rassurant, qui aide énormément à déculpabiliser.

  • Citations:

« Un nouveau-né fait rarement ce qu’on attend de lui. Le mieux, c’est de ne rien attendre du tout, pour que la porte reste grande ouverte à ce qu’il apporte lui-même. »

« Vous allez devenir « esclave » ? Et alors! Votre bébé ne vous le demande que pour quelques semaines, n’hésitez pas à les lui accorder. Décider activement d’être esclave de votre amour. […] Et ne craignez pas alors de mal l’éduquer. C’est la seule éducation qui vaut ».

A très bientôt,

Little Meggy

 

Publicités

#104 Lecture – Les délices de Tokyo

Hello les girafons !

Ca fait longtemps que je ne vous avais pas présenté mes lectures. Tout simplement car je n’avais pas fini un seul livre depuis février… Je n’arrivais plus à me concentrer sur mes lectures, mes pensées étant pour mon futur bébé. Mais étant en arrêt maladie depuis peu, l’heure est plus à la détente et au repos. J’essaye donc de reprendre tout doucement la lecture.

SUKEGAWA Durian, Les délices de Tokyo. Editions Le livre de poche, 2015. 221 pages.

délices de tokyo

  • Résumé (4ème de couverture):

« Écoutez la voix des haricots »: tel est le secret de Tokue, une vieille dame aux doigts mystérieusement déformés, pour réussir le an, la pâte de haricots rouges qui accompagne les dorayaki, des pâtisseries japonaises. Sentarô, qui a accepté d’embaucher Tokue dans son échoppe, voit sa clientèle doubler du jour au lendemain, conquise par ses talents de pâtissière. Mais la vieille dame cache un secret moins avouable et disparaît comme elle était apparue, laissant Sentarô interpréter à sa façon la leçon qu’elle lui a fait partager.

  • Mon avis:     16/20

L’auteur nous transporte dans un univers doux, poétique et plein de délicatesse. L’histoire des personnages, notamment celle de Tokue est très touchante. Les liens que vont nouer Sentarô et Tokue sont forts. On est vraiment en immersion dans la culture japonaise, que ce soit au niveau de la cuisine ou des relations très prudes que les personnes ont entre eux. L’auteur aborde des sujets importants tels que l’exclusion, la solitude, la souffrance physique et morale avec une histoire simple mais efficace. J’ai pu enrichir ma connaissance en matière de cuisine japonaise dont je ne connaissais franchement pas grand chose, et c’est ce que j’aime dans la lecture: pouvoir enrichir ma culture tout en me plongeant dans une fiction.

La plume est fluide, sans chichi. Ca se lit très rapidement et facilement. Je recommande ce livre à tous les amateurs de poésie et de cuisine japonaise ! Il existe une adaptation cinématographique de ce livre, réalisé par Naomi Kawase en 2016.

  • Citations:

« Quels que soient nos rêves, un jour, on trouve forcément ce qu’on cherchait grâce à la voix qui nous guide. Une vie est loin d’être uniforme. Parfois sa couleur change du tout au tout. »

« Voilà pourquoi je faisais de la pâtisserie. Je confectionne des mets dont je nourrissais ceux qui avaient accumulé les larmes. C’est ainsi que moi aussi, j’ai réussi à vivre. »

A très bientôt !

Little Meggy

#103 – Mon premier trimestre de grossesse

Hello les girafons !

Comme je l’ai déjà exprimé plusieurs fois sur mon blog, je ne voulais pas que mon blog soit axé que sur la lecture. Et il va donc prendre un tout autre tournant ! Ceux qui me suivent sur Instagram savent que je suis enceinte. Et j’ai donc très envie de parler maternité/grossesse/puériculture sur ce blog, sujets qui m’ont toujours intéressés et passionnés. J’ai un petit peu tardé pour écrire cet article, puisque j’en suis à plus de la moitié du 2ème trimestre.

De la découverte aux premiers symptômes

J’étais suivi par ma gynécologue qui me donnait un traitement car mes ovaires étaient paresseuses. Au jour fatidique où mes règles sont sensés arrivées, toujours rien. Je décide de ne pas crier victoire trop vite, mais je ne peux m’empêcher le lendemain, le 15 février, d’aller faire le test de grossesse par prise de sang prescrit par ma gynéco. J’essaye de m’occuper dans l’attente des résultats. Et là, lorsque je reçois par mail le résultat: Oh miracle !! Les Béta-Hcg (hormones de la grossesse) sont augmentées à 304mUI/mL. J’ai regardé le résultat plusieurs fois pour être sûre, j’ai même fait un test de grossesse urinaire pour vérifier, et lorsque je comprends enfin, j’éclate en sanglots ! Des pleurs de bonheur.

Le soir même, j’annonce la nouvelle à mon mari: dans une boîte de coffret de thés, je remplace les sachets de thé par le test de grossesse, une tétine et un doudou. Sa réaction ? Il m’a demandé si c’était vrai et a eu besoin de s’asseoir 😉

Début mars, échographie de datation: de quoi réaliser qu’il y a vraiment un tout petit être qui grandit en moi ! Comme c’est impressionnant d’entendre son petit cœur qui bat déjà si fort ! Et là, je n’ai plus qu’en tête ce bébé et notre future  vie. Au début je psychote un peu, avec la peur de faire une fausse couche. Je ne peux m’empêcher lorsque je vais aux toilettes de bien vérifier qu’il n’y ait pas de traces de sang. Que le temps est long entre chaque échographie pour être rassurée !

On annonce la nouvelle à notre famille la plus proche assez vite, à environ 1 mois de grossesse. Je ne me voyais pas attendre plus pour l’annoncer à mes parents. Pourquoi ne pas leur dire, alors que si j’avais fait une fausse couche, ils auraient bien sûr été mis au courant ?

Très vite, la fatigue apparaît ! Une très forte fatigue accompagnée de nausées… Alors les nausées pour moi n’ont jamais été matinales, elles arrivaient surtout après le repas du soir, et j’étais obligée d’aller me coucher pour que cela passe. Il y a également les classiques douleurs au niveau des seins, avec je dois le dire, une augmentation assez importante de leur taille. Heureusement, les symptômes se sont estompés à la fin du troisième mois. Pour ce qui est du poids, au 1er trimestre: + 0 kilos sur le balance ! J’ai perdu 3 kilos au début suite aux nausées que j’ai repris au cours du trimestre. Et voilà une photo de mon bidou pris au cours du 2ème mois, on est d’accord, c’est très discret.

2eme mois noir et blanc.JPG

Première rencontre

Le 7 avril, nous avons eu l’échographie du 1er trimestre. La première rencontre avec bébé qui a vraiment la forme d’un bébé. La gynéco prend tout un tas de mesure, nous fait entendre son cœur. Du haut de ces 4.5 cm, il bouge dans tous les sens. Nous n’avons pas eu d’estimation sur le sexe, mais qu’importe bébé est en pleine forme !

Suite à ce RDV nous avons pu l’annoncer au reste de la famille et à nos amis. Bon certaines questions reviennent souvent et sont un peu lourdes, du genre « Tu préfères que ça soit un garçon ou une fille ? » Heu bah…garçon, et si c’est une fille, je l’abandonne à la naissance ? Non mais sérieusement, même si on peut avoir une « préférence », je suis pas sûre que ce soit le genre de choses dont les futures mamans aiment se vanter.

Lennie annonce.JPG

Je suis sur mon petit nuage ! Ca fait très longtemps que je rêve de vivre ces moments ! Et le deuxième trimestre est vraiment du pur bonheur !

A très bientôt

Little Meggy