#113 Lecture – Juste avant le bonheur

Hello les girafons !

Nouvelle lecture que j’ai dévoré et qui a été un véritable coup de cœur !

LEDIG Agnès, Juste avant le bonheur. Editions Pocket, 2014. 327 pages.

juste avant le bonheur.JPG

  • Résumé (4ème de couverture):

Cela fait longtemps que Julie ne croit plus aux contes de fées. Caissière dans un supermarché, elle élève seule sont petit Lulu, unique rayon de soleil d’une vie difficile. Pourtant, un jour particulièrement sombre, le destin va lui sourire. Ému par leur situation, un homme les invite dans sa maison du bord de mer, en Bretagne. Tant de générosité après des années de galère : Julie reste méfiante, elle n’a pas l’habitude. Mais pour Lulu, pour voir la mer et faire des châteaux de sable, elle pourrait bien saisir cette main qui se tend…

  • Mon avis: 20/20

Ce roman est une petite merveille. Il n’est pas de ceux qui m’ont fait couler une petite larme. Non, avec celui-ci, j’ai pleuré à chaudes larmes. J’ai été complètement bouleversé par cette histoire. Il ne s’agit pas là d’un roman feel good. Mais d’une histoire dramatique, et qui heureusement ne nous laisse pas sur une impression pessimiste de la vie. L’auteure tire malgré tout ses personnages vers le haut. Personnages qui sont d’ailleurs extrêmement attachants, pleins de bienveillance les uns envers les autres. Je ne dévoilerai pas le drame que cache ce résumé banal car je pense que si j’avais su, je n’aurais pas eu la force et le courage de lire ce roman. Ce que je peux vous dire, c’est qu’avec ce livre, on apprend à apprécier les petits bonheurs que nous offre la vie, et que quoiqu’il arrive, elle vaut la peine d’être vécue. Les émotions sont fortes, l’espoir laisse place à la tristesse profonde. Mais à aucun moment on ne tombe dans la dépression. On se reconstruit, on essaye de surmonter ce drame. Bref, ce livre est un petit bijou.

  • Citations: 

« Tu peux tendre la main à quelqu’un, mais tu ne peux pas le sortir du trou dans lequel il s’enfonce. s’il ne prend pas la main que tu lui tends. A moins d’y tomber avec lui, ce qui ne résout pas les choses. On est à deux au fond du trou, mais on est quand même au fond du trou. »

« Vous arriverez à reconstruire votre château de vie, parce que la tempête vous a rendue solide. Et ce château, vous le construirez avec des grains qui vous ressemblent, qui ont aussi connu les déferlantes de la vie, parce qu’avec eux, le ciment est solide. »

 

A très bientôt,

Little Meggy

 

Publicités

#112 Lecture – Ma raison d’espérer

Hello les girafons !

Houra, les orages sont arrivés, la canicule est terminée ! Seul point positif de cette canicule: elle m’a permis de beaucoup lire puisque je ne pouvais quasiment rien faire d’autre. En décembre dernier, je vous présenter le tome 1 de la saga Breathing, et aujourd’hui c’est le deuxième tome que je viens vous présenter.

DONOVAN Rebecca, Ma raison d’espérer (tome 2 de la saga Breathing). Editions PKJ, 2015. 599 pages.

Ma raison d'espérer.jpgu

  • Résumé (4ème de couverture):

« Tu es le sens de ma vie, la raison de chacun de mes actes. Et je ne changerai ça pour rien au monde. »
Emma commence doucement à réapprendre à vivre aux côtés d’Evan et de Sara. Hantée par des cauchemars terribles, elle décide de donner une seconde chance à sa mère, qui l’a abandonnée, espérant trouver un sens à sa souffrance. Mais elle doit aussi affronter le regard des autres : ceux qui s’en veulent de ne pas l’avoir soutenue, ceux qui la jugent mais aussi ceux qui, surgissant de son passé, ont encore bien des révélations à faire sur sa vie d’avant…

  • Mon avis:      19/20

Le premier tome avait été un coup de cœur. J’ai également beaucoup apprécié ce deuxième tome même si certains points m’ont dérangé.

Le roman se lit très vite: on enchaîne les pages avec l’envie de découvrir la suite, même si j’ai trouvé que ce roman était moins prenant que le précédent. L’écriture reste fluide, et très bien rythmée par des chapitres assez courts.

Ce qui m’a le plus dérangé, c’est le personnage d’Emma… J’ai eu beaucoup de mal à comprendre certaines de ses décisions, la trouvant parfois vraiment égoïste et immature. Autant cela ne m’avait pas dérangé dans le premier tome, mais là je l’ai parfois trouvé insupportable. Rien qu’avec sa décision de retourner vivre chez sa mère, on se doute que ça ne peut pas bien se passer. Beaucoup d’évènements sont prévisibles. L’auteur va là encore aborder des thèmes importants, comme l’alcoolisme, la sexualité… ce qui est à mon sens important pour le public visé. Comme le premier tome, la fin de ce deuxième tome nous pousse à en savoir plus sur ce que va devenir Emma.

Malgré les points négatifs que j’ai trouvés, j’ai adoré ma lecture qui m’a marqué, et je lirai bien évidemment le troisième et dernier tome, en espérant que le personnage d’Emma soit un peu plus mature.

  • Citations:

« -Parfois, les gens souffrent plus qu’ils ne peuvent le supporter, a-t-elle commencé. Et ils n’arrivent pas toujours à demander de l’aide. Ils sont tellement embourbés dans leur douleur qu’ils finissent par faire souffrir aussi leur entourage. J’espère que ça n’est pas ton cas. »

« -J’ai passé ma vie à me projeter dans un futur qui n’est toujours pas là et à fuir un passé qui me rattrapait sans cesse. Je ne me souviens pas d’avoir une seule fois pris le temps de m’arrêter pour me concentrer sur l’instant présent. »

A très bientôt !

Little Meggy