#78 Lecture – Le cirque des rêves

Hello les girafons !

J’étais très curieuse de découvrir Le cirque des rêves car j’en ai lu beaucoup de bien sur les critiques. Pourtant mon avis reste assez mitigé…

MORGENSTERN Erin, Le cirque des rêves. Editions Flammarion, 2012. 496 pages.

le cirque des reves.JPG

  • Résumé (4ème de couverture):

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. » Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller et se laisser enivrer… BIENVENUE AU CIRQUE DES RÊVES ! Derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent dans un combat magique pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance. Cependant ils s’aiment, et cette passion pourrait leur être fatale.

  • Mon avis:   15/20

L’atout majeur de ce livre est l’univers créé par l’auteur. On entre dans ce cirque plein de mystères où la magie prend une place importante sur le réel. Je trouve d’ailleurs que la couverture reflète très bien l’ambiance du livre. L’histoire d’amour entre Célia et Marco n’est, à mes yeux, pas assez au centre de l’intrigue, laissant trop de place au Cirque des rêves tel un personnage à part entière. Le cirque va être décrit en long, en large et en travers, ainsi que l’apprentissage des différents personnages (et des personnages il y en a beaucoup !), mais il ne va pas être facile de faire tout de suite les liens. Il faut de la concentration pour réussir à rentrer et comprendre l’histoire. Ce qui explique pourquoi j’ai mis plus de 2 semaines à le lire !

La plume de l’auteur est très soignée, riche et envoutante, même si j’ai pu retrouver des longueurs. Ce qui m’a également parfois dérangé, c’est la chronologie du livre. En effet, au début de chaque chapitre, il y a une date, et il est important d’y faire attention, surtout au début au risque d’être complètement perdu dans l’histoire.

En bref, c’est une histoire pleine de magie et très agréable à lire, mais il m’a fallut persévérer pour pouvoir rentrer dans l’histoire.

  • Citations:

« Les gens voient ce qu’ils ont envie de voir. Et la plupart du temps, ils voient ce qu’on leur dit de voir. »

« Le passé vous colle à la peau comme le sucre en poudre sur les doigts. Il y en a qui arrivent à s’en débarrasser, mais il est toujours là, toutes ces choses, ces événements qui vous ont amenés là où vous êtes. »

Avez-vous ou comptez-vous lire ce roman ?

A très bientôt,

Little Meggy

Publicités

#77 Lecture – Personne ne le croira

Hello les girafons !

Aujourd’hui, je vous présente un thriller. Je n’en lis pas beaucoup mais lorsque je suis passée devant celui-ci à la fnac, il m’a tout de suite attiré, il fait parti de ces livres que j’ai acheté juste en me fiant à la couverture, car je n’en avais jamais entendu parler.

MACDONALD Patricia, Personne ne le croira. Edition Le Livre de Poche, 2016. 384 pages.

personne ne le croira.PNG

  • Résumé (4ème de couverture):

Nouveau nom, nouvelle ville, nouveau départ… Hannah et Adam n’aspirent qu’à mener une vie paisible et sans histoire aux côtés de leur adorable petite Cindy sur laquelle ils veillent tendrement. Attirant sur eux l’attention des médias, une tragédie inattendue vient bouleverser les plans du couple. Pour échapper au danger qui les menace, ils vont devoir affronter un passé qu’ils tentaient d’oublier. Et qui les a rattrapés.

  • Mon avis:      18/20

Ce thriller a été une très bonne surprise ! Je suis une grosse froussarde donc c’est très difficile pour moi de trouver des thrillers qui me conviennent: il ne faut pas que ce soit sanglant, ni trop angoissant. Et ce thriller correspond justement à mes attentes !

L’histoire débute comme l’indique le résumé sur un fait-divers qui fait la une des médias. Et quelques chapitres plus loin, on est plongé dans un procès qui s’est passé quelques années auparavant. Quelle est l’histoire de ce couple et de cet enfant qui fuient l’attention des médias ? C’est ce que le procès va nous expliquer au fur et à mesure. Je ne veux pas évidemment vous en dire plus pour ne pas risquer de vous spoiler, mais les découvertes que l’on va faire sont absolument inimaginables et intolérables. A travers l’histoire, l’auteure va aborder des thèmes surprenants et elle nous amène à nous poser des questions sur la maternité et l’éducation: l’amour maternel est-il inconditionnel ? Peut-on détester son enfant ? Est-on responsable des vices de nos enfants ? etc.. L’écriture et l’histoire sont addictives, les chapitres plutôt courts donnent de la dynamique à l’histoire. J’ai vraiment été agréablement surpris par cet auteur dont je n’avais jamais entendu parler, et je compte bien lire d’autres thrillers de cette auteure.

  • Citations:

« Il y a une règle chez les avocats : ne jamais poser une question dont on ne connaît pas la réponse. »

« On aime tant ses enfants qu’on se répète qu’ils sont normaux. On ne les voit pas vraiment tels qu’ils sont. »

Et vous, quel thriller ni gore, ni trop angoissant me conseillez-vous ?

A très bientôt,

Little Meggy

 

 

#75 Lecture – Voyages inattendus

Hello les girafons !

Grâce à SimPlement, j’ai pu découvrir un nouveau roman que j’ai eu en service de presse. C’est à priori un premier roman.

CAETANO Janaina, Voyages inattendus. Auto-édité (numérique), 2017. 95 pages.

voyage inatendus

  • Résumé (éditeur):

C’est l’histoire d’Osange, une femme qui hésite entre deux hommes. Ayant toujours été un peu timide, sans être prude non plus, elle demande l’avis d’une de ses amies, Karla.
Suite à un accident, Osange se retrouve à l’hôpital. Viendront-ils la voir ? Tiennent-ils vraiment à elle ? Le choix sera difficile, car avec eux Osange découvre les multiples facettes des joies charnelles. D’un côté, Eduardo : pétillant brésilien adepte de la capoeira, qui boit les paroles d’Osange. De l’autre côté : Gustav, mystérieux homme cultivé qui semble se jouer d’elle. Que cache l’exubérance d’Eduardo ? Et la retenue de Gustav ? Osange va peu à peu dévoiler à Karla l’étrange manière dont elle a fait la connaissance de ses deux amants.

  • Mon avis:     15/20

L’histoire présente une alternance entre le présent où Osange, hospitalisée suite à un accident de voiture raconte à son amie Karla ses aventures sentimentales et entre les aventures elles-mêmes. Cela donne un bon rythme au récit. L’auteur a classé son livre dans la catégorie érotisme: il y a effectivement des scènes sensuelles, mais sans aller dans le choquant et le trash, ce qui me convient très bien. En revanche, j’ai trouvé que l’on fouillé pas assez dans les sentiments amoureux, on parle beaucoup de désir, mais j’ai eu l’impression qu’Osange ne se préoccupait pas des sentiments de ses partenaires, je l’ai trouvé un peu trop sûre d’elle. En racontant les aventures amoureuses d’Osange, l’auteur nous fait voyager entre Venise et Rio de Janeiro, et je trouve que l’ambiance de chaque pays est très bien retranscrite. Il y a quelques maladresse dans l’écriture, mais l’histoire devient vite addictive et le livre se lit d’une traite. Osange doit choisir entre Eduardo et Gustav que tout oppose, et son choix final est…surprenant ! Bref, c’est une lecture sympathique, sans prise de tête mais dont je pense les sentiments des personnages auraient pu être un peu plus creusés.

  • Citations:

« L’océan atlantique s’étalait dans toute sa splendeur. Vu d’aussi haut il semblait si calme, bien loin de cette fascinante mélopée que l’on pouvait entendre sur la plage. »

« Où tout cela nous mènera-t-il ? Peu importe. C’est le chemin qui compte. »

A très bientôt,

Little Meggy

#74 Lecture – Les lettres de Rose

Hello les girafons !

En ce moment, j’enchaine les bonnes lectures. Je viens d’avoir un petit coup de cœur pour cette romance dont on a beaucoup entendu parler sur les blogs:

SABART Clarisse, Les lettres de Roses. Editions Charleston, 2016. 382 pages.

les lettres de rose.PNG

  • Résumé (4ème de couverture):

Lola a été adoptée à l’âge de trois mois. Près de trente ans plus tard, elle travaille dans le salon de thé de ses parents, en attendant de trouver enfin le métier de ses rêves : libraire. a vie va basculer lorsqu’elle apprend que sa grand-mère biologique, qui vient de décéder, lui a légué un étrange héritage : une maison et son histoire dans le petit village d’Aubéry, à travers des lettres et des objets lui apprenant ses origines. ais tous les habitants ne voient pas d’un bon œil cette étrangère, notamment Vincent, son cousin. Et il y a également le beau Jim, qui éveille en elle plus de sentiments qu’elle ne le voudrait…

  • Mon avis:     20/20

Je suis tombée sous le charme de l’écriture de Clarisse Sabart. J’ai trouvé sa plume pleine de douceur, elle nous conte l’histoire de la famille de Lola avec beaucoup de sensibilité. Le récit est découpé entre le présent où Lola découvre ses origines et entre le passé à travers les lettres et carnets de ses ancêtres. On va découvrir l’histoire de son arrière grand-mère au début du 20ème siècle et petit à petit on va remonter jusqu’à sa mère. Et j’ai vraiment été entrainé dans les révélations qui sont faites tout autour de l’histoire de Lola, mais pour autant, j’aimais tellement les personnages que je voulais prendre mon temps pour repousser au maximum le moment où je devrai les laisser.  Heureusement, il existe un préquel nommé Lola où on découvre l’histoire des parents adoptifs de Lola. Je la lirai très prochainement ! Beaucoup de personnages vont faire leur apparition, mais les liens entre eux sont très bien décrits et à aucun moment j’ai été perdu. Les alternances entre le passé et la romance de Lola sont très bien réparties, je n’ai pas trouvé de longueur. J’ai versé ma petite larme à la fin, touchée par la vérité qui éclate enfin. J’ai particulièrement apprécié les références qui sont faites à la littérature et à l’évolution de la mode. Je lirai sans hésiter son autre roman La plage de la mariée.

  • Citations:

« Il ne reste de l’enfance que ce que nous voulons en conserver. »

« Je pense que ton imagination a besoin d’être stimulée. Tu verras comme se plonger dans un livre et se prendre de sympathie pour les personnages, vouloir découvrir à tout prix la fin de l’histoire, tout cela te fera te sentir moins seule. »

A très bientôt,

Little Meggy

 

#73 Lecture – La liste de mes envies

Hello les girafons !

Sur Livraddict, je participe à plusieurs challenges, dont celui « objectif du mois »: l’objectif du mois d’août était de lire un roman adapté au cinéma. Et dans ma PAL, j’avais La liste de mes envies qui m’attendait sagement.

DELACOURT Grégoire, La liste de mes envies. Editions France Loisirs, 2012. 186 pages.

couv la liste de mes envies

  • Résumé: (4ème de couverture)

Jeune fille, Jocelyne rêvait de mode et de prince charmant. Mais la vie est passée par là, et à 47 ans, la mercière d’Arras doit se contenter d’un mari indifférent et d’un blog sur la dentelle. Quand un heureux concours de circonstances lui offre le gros lot du loto, Jocelyne réalise qu’elle a de quoi réaliser tous ses désirs. Grisée par cette perspective, elle décide de prendre son temps avant d’en parler à ses proches et en attendant, fait la liste de tout ce qu’elle pourrait s’offrir, achats utiles ou folies inconsidérées … Elle se méfie de cet argent tombé du ciel, n’aurait-elle finalement pas plus à perdre qu’à gagner ?

  • Mon avis:      17/20 

Lorsque j’ai commencé le livre, je n’avais pas lu le résumé. Je ne m’attendais donc pas du tout à ce que ça parle d’une femme gagnant au loto. Bien que le récit soit court, l’auteur va nous permettre de se poser plein de questions sur l’argent, l’amour et le bonheur. L’argent fait-il le bonheur ? A qui peut-on faire confiance ? Et si moi demain je gagnai au loto, à qui je le dirai ? La narratrice va faire des confidences sur son passé rempli de plusieurs drames en l’opposant avec sa situation actuelle, c’est-à-dire celui d’une gagnante du loto qui n’arrive pas à le dire à ses proches. L’écriture est très accessible: l’auteur utilise des phrases courtes et des petits chapitres, ce qui permet de lire le livre d’une traite. Le seul point que j’aurai à reprocher est le fait que j’aurai préféré que le personnage principal soit un homme, étant donné que l’auteur est un homme. Mais ce n’est qu’un détail.

J’ai maintenant très envie de voir le film sorti en 2014 avec Mathilde Seigner et Marc Lavoine.

  • Citations:

« Vous voyez, on se ment toujours. Parce que l’amour ne résisterait pas à la vérité.

« Parce que nos besoins sont nos petits rêves quotidiens. Ce sont nos petites choses à faire, qui nous projettent à demain, à après-demain, dans le futur ; ces petits rien qu’on achètera la semaine prochaine et qui nous permettent de penser que la semaine prochaine, on sera  encore  vivants. »

Qui a lu le livre ? Ou vu le film ?

A très bientôt

Little Meggy

 

 

#66 Lecture – Adultère

Hello les girafons !

J’ai récemment lu un auteur brésilien, qu’il me tardait de découvrir. Il s’agit de Paulo Coelho. Le seul hic, c’est que je ne pense pas avoir commencer avec le meilleur livre de sa bibliographie.

COELHO Paulo, Adultère. Editions Flammarion, 2014. 312 pages.

adultère

  • Résumé (4ème de couverture):

Linda a 31 ans et, aux yeux de tous, une vie parfaite : elle a un mari aimant, des enfants bien élevés, un métier gratifiant de journaliste et habite dans une magnifique propriété à Genève. Cependant, elle ne supporte plus de faire semblant d’être heureuse quand, en vérité, elle ne ressent rien d’autre qu’un sentiment grandissant d’apathie et d’indifférence.

Jusqu’au jour où elle retrouve un ancien petit ami. Jacob est un homme politique de premier plan et, lors d’une interview, il éveille en elle un sentiment oublié depuis longtemps : la passion. Elle fera tout pour reconquérir cet amour impossible et devra aller au plus profond d’elle-même pour enfin trouver le bonheur.

  • Mon avis:           14/20

J’ai commencé cette lecture sereine car j’avais entendu beaucoup de bien de la plume de Paulo Coelho. Mais je dois bien avouer que j’ai vite était surprise par la tournure que prenait son écriture. En effet, j’ai trouvé qu’il y avait beaucoup de passages assez crus, la plume ne m’a pas parut si poétique que je l’avais entendu dire sur des blogs. De plus, le sujet n’est pas très original: on va suivre une femme qui a tout pour être heureuse, mais en veut toujours plus, et en dépassant les limites, elle va s’apercevoir qu’elle avait déjà tout ce dont elle avait besoin. Bon, je caricature, mais en gros c’est ça. Je pensai que l’auteur irait plus en profondeur dans la psychologie du personnage. J’ai pas était totalement convaincu avec ce livre, mais je compte lire L’alchimiste afin de me faire un avis plus tranché sur cet auteur.

  • Citations:

« La vie, ce n’est pas de longues vacances, mais un apprentissage constant. »

« Je suis aujourd’hui une femme partagée entre la terreur que tout change et la terreur que tout reste pareil jusqu’à la fin de mes jours. »

Et vous, connaissez-vous cet auteur ?

A très bientôt,

Little Meggy

 

#65 Lecture – Le poison d’amour

Hello les girafons !

Il y a quelques semaines, je vous présentez L’élixir d’amour d’Eric-Emmanuel Schmitt. J’ai rapidement lu le 2ème livre de cette série (il n’y a pas d’ordre à préférer pour lire ces deux ouvrages).

SCMITT Eric-Emmanuel, Le poison d’amour. Editions Albin Michel, 2014. 160 pages.

le poison d'amour

  • Résumé (4ème de couverture):

Quatre adolescentes de seize ans liées par un pacte d’amitié éternelle tiennent le journal de leur impatience, de leurs désirs, de leurs conquête et de leurs rêves. Comment éviter les désastres affectifs dont les parents donnent l’image quotidienne dans leur couple ? Hier encore des enfants, les voilà prises au piège de cette émotion bouleversante, l’amour, prêtes à entrer dans ce domaine mystérieux, cette folie qui peut les transformer en monstres. Tandis qu’au lycée on s’apprête à jouer Roméo et Juliette, imprévisible et fatale, un drame se prépare…

  • Mon avis:                       18/20

Au départ, on suit le quotidien assez banal de quatre adolescentes à travers leur journal intime et les messages qu’elles échangent. J’ai trouvé étrange que l’auteur choisisse quatre adolescentes comme narratrices. Elles sont toutes différentes, mais ont toutes les mêmes préoccupations: la transformation de leur corps d’enfant vers un corps de femme, leur première relation sexuelle, etc… Mais au fur et à mesure des pages, le contenu devient de plus en plus profond: l’auteur va s’intéresser aux sentiments les plus enfouis qu’éprouvent les personnages. Amitié, amour, jalousie, détresse, malveillance, autant de sentiments que vont connaître les personnages. L’auteur va nous faire réfléchir sur l’amour, et on va se poser un millier de questions: Est-ce dangereux d’aimer ? Peut-on aimer la même personne toute une vie ? Peut-on pardonner ? Etc…

Là encore, Eric-Emmanuel Schmitt garde une écriture pleine de poésie, ce livre se lit très rapidement. Et même si je me doutais de la tournure que prendraient les évènements, je ne m’attendais absolument pas à cette fin! Je suis séduite, et je lirai d’autres de ses romans.

  • Citations:

« Je hais l’amour. Je tiens à me révolter contre lui. Si aimer veut dire subir, ne plus s’appartenir, devenir esclave, je ne veux pas aimer. Je préfère frapper. Je préfère provoquer. »

« C’est étrange une main… Tant qu’elle se tient à distance, elle se contente de prolonger un bras, on ne la remarque pas ; en revanche, sitôt elle se pose sur notre peau, s’ensuit une métamorphose ; elle change de consistance, veloutée, ferme, calleuse, molle, moite, sèche ; elle modifie sa température, chaude, froide ou glacée ; elle acquière de la personnalité, cesse de se taire, bavarde, transmet des sentiments, l’attraction, la violence, le dégoût ; bref, elle s’arroge une bizarre indépendance, la main posée sur notre peau, elle se coupe du corps auquel elle appartient et gagne de la présence. »

A très bientôt,

Little Meggy

 

#62 Lecture – L’élixir d’amour

Hello les girafons !

C’est derniers temps, j’ai un rythme de lecture plutôt rapide. Je viens vous présenter un roman d’Eric Emmanuel Schmitt. Je vous avez déjà présenté une de ses nouvelles que vous pouvez retrouver ICI.

SCMITT Eric-Emmanuel, L’élixir d’amour. Edition Albin Michel, 156 pages.

l'élixir d'amour

  • Résumé (4ème de couverture):

« L’amour relève-t-il d’un processus chimique ou d’un miracle spirituel ? Existe-t-il un moyen infaillible pour déclencher la passion, comme l’élixir d’amour qui jadis unit Tristan et Iseult ? Est-on, au contraire, totalement libre d’aimer ? » Anciens amants, Adam et Louise vivent désormais à des milliers de kilomètres l’un de l’autre, lui à Paris, elle à Montréal. Par lettres, tout en évoquant les blessures du passé et en s’avouant leurs nouvelles aventures, ils se lancent un défi: provoquer l’amour. Mais ce jeu ne cache-t-il pas un piège ?

  • Mon avis:          18/20

Il s’agit d’un roman épistolaire, d’un échange de lettre entre Louise et Adam, fraichement séparés. Ils vont échanger ensemble des réflexions sur l’amour, le coup de foudre, etc… J’ai d’ailleurs pu en retirer plein de belles citations. J’aime beaucoup le style d’Eric-Emmanuel Schmitt, son écriture est fluide et pleine de poésie. Il y a des lettres plus courtes que d’autres et cela donne un bon rythme au roman. J’ai dévoré ce roman en un après-midi ! L’apothéose de ce livre est la fin ! Elle est surprenante et inattendue ! L’auteur aurait peut-être pu ajouter quelques pages à ce livre un peu trop court.

  • Citations:

« On ne souffre pas de ses désirs; on souffre simplement du fait qu’une fois comblés ils renaissent, comme s’ils ignoraient la trêve de la satisfaction. »

« L’amour échappe à la logique, n’appartenant ni aux raisonnements, ni aux preuves, ni à la vérité: il relève du choix personnel. »

A vous, partagez moi vos lecture de cet auteur !

A très bientôt,

Little Meggy

 

#57 Saga – Les ailes d’émeraude

Hello les girafons !

Il y a un peu moins d’un an, j’ai découvert une saga Young adult  grâce à France Loisirs. Il s’agit des Ailes d’Emeraude, qui est composé de 3 tomes, le dernier étant sorti début mars 2017. Le premier tome a gagné le prix de l’imaginaire Nouvelles plumes en 2014. Je vous présente la saga complète, car, par souci d’éviter de vous spoiler, je ne pourrai pas vous présenter les tomes 2 et 3 en détail.

DE LYS Alexiane, Les ailes d’émeraude. Editions Nouvelles plumes, 2014.

IMG_0231 (2)

 

  • Résumé (tome 1, 4ème de couverture):

A bientôt 18 ans, Cassiopée est contrainte de quitter l’orphelinat où elle vit depuis l’accident qui a tué sa mère. Seule au monde et lâchée dans la ville, elle a la désagréable et persistance impression d’être suivie.. Un soir, elle est violemment agressée par deux inconnus. Très mal en point, elle est sauvée de ce mauvais pas par un mystérieux et séduisant garçon, Gabriel. Leur rencontre n’est pas un hasard. Grâce à lui, Cassiopée découvre sa véritable nature: elle appartient aux Myrmes, un peuple ailé doté d’incroyables pouvoirs sensoriels. En pleine métamorphose, la jeune fille se lance dans cet univers totalement nouveau avec l’espoir de percer, enfin, les mystères de son passé.

  • Mon avis:      19/20 (sur l’ensemble de la saga)

L’auteur met en place un univers imaginaire captivant. Je lis très peu de fantaisie et pourtant, j’ai été happé dans ce monde aux multiples rebondissements durant les 3 tomes. On y rencontre de nombreux personnages, et à chaque tome, il en apparaît de nouveaux. Ils sont tous très attachants, mais je dois bien avouer que Cassiopée m’a parfois un peu « tapé sur le système ». Je l’ai trouvé un peu puérile par moment, et l’auteur utilise parfois des « facilités » qui ne me paraissent absolument pas rationnelles. Certes, elle a un fort caractère, mais elle en fait peut-être un peu trop. Chaque personnage a sa personnalité et cela apporte beaucoup au roman.

Par rapport à la plume, elle est simple mais très addictive. Elle comporte cependant des maladresses, mais il s’agit pour l’auteur (qui avait seulement 19 ans!) d’un premier roman. Il s’agit de gros pavés (entre 500 et 700 pages environ), mais ça se lit très vite et très facilement.

Pour l’évolution à travers les tomes, j’ai préféré les tomes 2 et 3 où il y a plus d’actions. Je pense que dans le tome 1, l’auteur prend le temps de bien installer les personnages dans ce monde nouveau pour nous. Et ensuite, une fois que l’on a compris les tenants et les aboutissements du monde des Myrmes et des Narques, l’auteur se permet plus de rebondissements. Et niveau rebondissement, le dernier tome vaut vraiment le coup !

  • Citations:

« Finalement, je décide, je n’ai pas raté ma vie. Parce que cette réussite ne dépend pas de son niveau social ou du montant que vous avez sur votre compte en banque. Il dépend de toutes les petites choses qui vous ont fait sourire et qui, surtout, ont rendu les autres heureux. »

« Et j’ai peur, Arthur. Parce que les gens autour de moi ont la sale manie de disparaître, dans tous les sens du terme. Et j’ai peur, parce que s’il arrivait malheur à un sel d’entre vous, je crois que les restants de mon cœur ne s’en remettraient jamais. Et je suis  morte de trouille. »

Et vous, connaissez-vous cette saga ?

A très bientôt,

Little Meggy

 

 

 

 

#56 Lecture – Le garçon d’en face

Hello les girafons !

Après avoir lu Tess d’Uberville, j’avais besoin d’une lecture légère et sans prise de tête. J’ai jeté mon dévolu sur un roman de Chick-lit emprunté à la bibliothèque.

CABOT Meg, Le garçon d’en face. Editions Hachette, 2013, collection Blackmoon. 392 pages.

le garçon d'en face (2).JPG

  • Résumé (livraddict):

Célibataire, Melissa tient la rubrique des potins d’un quotidien new-yorkais. Lorsque sa voisine de palier est agressée et se retrouve à l’hôpital, Melissa lui propose de veiller sur son trois-pièces et sur son danois. Vite débordée par l’animal, elle appelle à la rescousse le neveu de sa voisine qui promet d’occuper l’appartement. Mais celui-ci se fait remplacer par un ami, un jeune homme qui tient la rubrique « people » du quotidien concurrent. Entre Melissa et son voisin, la guerre est déclarée…

  • Mon avis:      16/20

Le garçon d’en face est un roman épistolaire moderne puisqu’il s’agit d’un échange de mails entre les différents personnages de l’histoire. On suit tous les échanges de mails entre les différents protagonistes, c’est à dire qu’on a aussi bien les mails des personnages principaux que des personnages secondaires. Et il n’est pas difficile de se repérer dans chacun des personnages.

L’histoire en elle-même est divertissante, mais je dois bien avouer qu’elle est sans grande surprise. En effet, même si Mel mène son enquête pour trouver l’agresseur de sa voisine, ce qui pourrait ajouter un peu de suspense car l’histoire d’amour de ce roman est évidente, on sait très vite comment cela va se terminer. Ce n’est pas quelques chose qui m’a vraiment gêné puisque je voulais une lecture distrayante et sans prise de tête. Certes, il y a le cliché « d’un côté les gentils, de l’autre les méchants », et alors? on passe un bon moment et c’est tout ce qui compte !

L’écriture de Meg Cabot est fluide, tellement fluide que l’on pourrait presque ranger ce roman dans la catégorie jeunesse. Il y a beaucoup d’humour, ce qui contribue à la légèreté de ce roman, qui selon moi est parfait à lire en été !

  • Citations:

« La vie est une jungle. Il faut tuer ou l’on est tué. »

« Ce n’est pas toi qui a cru qu’enfin tu avais rencontré le plus rare des oiseaux, un homme qui n’a pas peur de s’engager, un homme d’apparence totalement et sincèrement dévoué, un homme complètement différent de tous ceux que tu avais rencontré avant, qui ne mentait pas, ne trichait pas et semblait véritablement amoureux de toi. Ce n’est pas toi qui a le cœur piétiné. »

D’autres romans de Meg Cabot à me conseiller ?

A très bientôt,

Little Meggy