#46 Lecture – Bienvenue

Hello les girafons !

Aujourd’hui, je vous présente un livre que j’avais trouvé à Noz (il y a parfois de très belles affaires!). Je n’en avais jamais entendu parlé mais le résumé me donner envie de découvrir cet auteur coréenne. Je lis très peu de littérature asiatique, mais leur style me tente de plus en plus.

YI-SEOL Kim, Bienvenue. Editions Philippe Picquier, 2013. 171 pages.

bienvenue

  • Résumé (4ème de couverture):

Yunyeong est prête à tout pour conquérir une vie meilleure : elle doit porter à bout de bras un bébé, un compagnon bon à rien, une soeur poursuivie par ses créanciers, un frère accro aux jeux d’argent ainsi qu’une mère étouffante. Elle a décroché un emploi de serveuse dans un restaurant, qui se révèle être une maison de passe clandestine. Un roman qui témoigne crûment de la brutalité des rapports sociaux et de la condition faite aux femmes en Corée, une réalité connue de tous mais qui reste soigneusement occultée. Yunyeong se débat contre la pauvreté et résiste à la violence et au mépris grâce à son insurmontable énergie qui, seule, lui permet de garder espoir.

  • Mon avis:      16/20

Je n’avais jamais entendu parlé de ce livre avant de l’acheter. Et je n’ai pourtant pas était déçue. Sur la forme, on a une écriture que je trouve très « asiatique ». En effet, les faits s’enchainent et sont décrits de manière très froide et crue. Ce n’est pas quelque chose qui me dérange, mais ce style ne m’a donc pas permis de m’apitoyer sur le sort de Yunyeong alors que pourtant sa vie est tragique. J’ai eu le sentiment que tout ce qui lui arrivait été mérité, alors qu’en réalité je ne souhaite à personne de vivre de pareilles choses! Mais pour autant, j’ai trouvé cette lecture très intéressante.

Sur l’histoire en elle-même, j’ai adoré découvrir une nouvelle culture, en effet, la Corée du Sud est un pays que je ne connais pas du tout, et me plonger dans cet univers a été très enrichissant. On comprend que l’héroïne fait des choix courageux, qu’elle est prête à tout pour offrir à sa famille un niveau de vie convenable. Pourtant certains de ses choix m’ont agacé. En effet, elle gagne beaucoup d’argent, et au lieu de le mettre de côté, elle va les dépenser quasiment aussitôt. Bref, je n’ai pas éprouver d’empathie pour ce personnage qui pourtant accumule les mauvaises expériences.

  • Citations:

« Moi qui étais autrefois timide au point de ne retirer ma culotte que cachée sous les couvertures, je me déshabillais à présent sans vergogne devant les clients occupés à manger et m’allongeais sur le matelas en attendant qu’ils aient fini. »

« A mes yeux, un chef de famille qui non seulement ne gagnait pas un sou mais en plus coûtait cher n’était rien de plus qu’un criminel. »

Quel auteur asiatique avez-vous à me conseiller ?

A très bientôt

Little Meggy

 

 

# 45 Lecture- Les fiancés de l’hiver

Hello les girafons !

En cette journée glaciale, je vous présente un livre qui rentre à 100% dans le thème de l’hiver. Oui, j’ai succombé à la tentation de lire la saga la Passe-miroir écrit par Christelle Dabos.

DABOS Christelle, La passe-miroir, tome 1: Les fiancés de l’hiver. Editions Gallimard-jeunesse, collection pôle fiction. 567 pages.

les-fiances-de-lhiver

  • Résumé (4ème de couverture):

« Sous ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons, la jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-telle été choisie ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d’un complot mortel. »

  • Mon avis:        19/20

La saga La passe-miroir est une série de livres fantaisie-jeunesse. Or, lorsque l’on plonge dans cet univers riche tant au niveau du fond que de la forme, on oublie totalement que le public visé est adolescent. En effet, la plume de l’auteur est incroyablement bien fournie. On entre dans cet univers magique, où les descriptions nous permettent de visualiser ce monde imaginaire à la perfection, la fantaisie n’étant pourtant pas mon genre de prédilection. L’écriture est très addictive. Les chapitres portent le nom de l’élément principal qui va constituer l’histoire, et s’enchainent rapidement.

On rencontre de nombreux personnages. Nous avons d’abord Ophélie, qui de par sa maladresse et son innocence est très attachante. Le personnage de Thorn, son fiancé, bien que beaucoup plus rustre est, je trouve, tout aussi attachant. Et tous les personnages autour, aussi bien « les gentils » que « les méchants », sont à leur manière touchants. Il n’y a pas un personnage que j’ai détesté, chacun à son caractère et ils apportent tous un plus à l’histoire. Je vais peut-être hérissé le poil de certains, mais pour moi, cet univers vaut bien mieux que celui d’Harry Potter !

Ayant acheté le tome 1 en format poche, je vais devoir attendre la sortie du tome 2 dans le même format, qui est a priori prévu que pour aout 2017… Soit je patiente, soit j’achète la totalité de la série en grand format. Le tome 3 est écrit et est actuellement en correction chez l’éditeur.

  • Citations:

« Ophélie se sentie honteuse d’être entrée dans cette chapelle sans une seule pensée pour la femme qui reposait au fond du cercueil. Oublier les morts, c’était comme les tuer une seconde fois. « 

« Résignée ? Pour être résignée, il faut accepter une situation, et pour accepter une situation, il faut comprendre le pourquoi du comment. Ophélie, elle, ne comprenait rien à rien. Quelques heures auparavant, elle ne se savait pas encore fiancée. Elle avait l’impression d’aller au-devant d’un précipice, de ne plus s’appartenir du tout. Quand elle risquait une pensée vers l’avenir, c’était l’inconnu à perte de vue. Abasourdie, incrédule, prise de vertiges, ça oui, elle l’était, comme un patient à qui l’on vient de diagnostiquer une maladie incurable. Mais elle n’était pas résignée. »

Si vous avez peur de vous lancer dans cette saga parce que l’on a trop parlé d’elle, n’ayez pas peur. Elle vaut largement son succès !

 

A très bientôt !

Little Meggy

 

 

 

 

 

 

 

 

#44 – DIY « Range clés »

Hello les girafons !

Tout d’abord, je vous souhaite une bonne et heureuse 2017. J’espère que ça sera pour vous une excellente année et que vos projets se réaliseront. Profiter de chaque instant que la vie nous offre, et apprécier les petits bonheurs du quotidien.

Aujourd’hui je ne vous parlerai pas lecture, mais je vais vous présenter pas à pas un DIY pour fabriquer un « range-clés », tout simple à faire, et très pratique si vous ne voulez plus voir trainer vos clés sur les meubles partout dans votre maison.

porte-cles

Liste du matériel:

liste

  • une planche à découper (simple que vous pouvez décorer vous-même , ou déjà décorée comme la mienne que j’ai trouvé à Noz pour à peine 2 €)
  • des chevilles en bois
  • de la peinture de la couleur de votre choix
  • un pistolet à colle ou de la colle forte

Une fois que le matériel est réuni, commencer par peindre les chevilles en bois avec la peinture que vous avez choisie.

peinture

Pendant que la peinture sèche, au crayon à papier, faite des repères à intervalles réguliers sur la planche pour marquer l’emplacement des chevilles en bois.

regle

Une fois que les chevilles sont sèches (pour ma part, j’ai accéléré le séchage avec un pistolet à air chaud), collez-les sur les repères que vous avez faits. Mettez un point de colle sur la cheville et placer là sur le repère.

colle

Attendez que la colle sèche, et accrocher votre range-clés. TA-DAM !!! Vous pouvez ranger vos clés !

range-gle

Alors, vous en pensez quoi ? Si vous reproduisez ce DIY, n’hésitez pas à me montrer le résultat !

A très bientôt,

Little Meggy