#171 Lecture – Phobos, Tome 1

Hello les girafons !

Je vous présente un livre, qui traine dans ma bibliothèque depuis presque 6 ans ! C’est le tome 1 d’une saga Young Adult qui a beaucoup fait parler d’elle à sa sortie.

DIXEN Victor, Phobos Tome 1.Editions France Loisirs, 2016. 429 pages.

  • Résumé: (4ème de couverture):

Six prétendantes d’un côté. Six prétendants de l’autre. Six minutes pour se rencontrer. L’éternité pour s’aimer. Ils sont six filles et six garçons, dans les deux compartiments séparés d’un même vaisseau spatial. Ils ont six minutes chaque semaine pour se séduire et se choisir, sous l’œil des caméras embarquées. Ils sont les prétendants du programme Genesis, l’émission de speed-dating la plus folle de l’Histoire, destinée à créer la première colonie humaine sur Mars. Léonor, orpheline de dix-huit ans, est l’une des six élues. Elle a signé pour la gloire. Elle a signé pour l’amour. Elle a signé pour un aller sans retour.

  • Mon avis: 17/20

Je lis très peu de science-fiction, mais ici le speech de départ me plaisait et je trouvais cela très original, et je me suis dit qu’en lisant de Young Adult ça devrait se lire tout seul ! Et ça a été le cas ! Alors je dois tout de même dire qu’il m’a fallut de nombreuses pages pour être bien dans ma lecture. J’ai, au début, été perturbé par l’alternance des narrateurs au fil des « chapitres ». Et je persiste à penser qu’il y a trop de points de vue différents, ce qui est, à mon sens, une solution de facilité. On va parfois être à la 1ère personne en suivant Léonor (chapitres nommés « champ »), parfois, à la 3ème personne en suivant Serena la responsable du programme Genesis (chapitres nommés « Contrechamp »), mais aussi Andrew, jeune étudiant (chapitres « hors-champ ») et parfois, ça sera le point de vue de la chaîne Genesis. Alors certes ça permet de lancer des intrigues secondaires, mais je trouve cela un peu trop « facile ». Il y a donc en toile de fond la télé-réalité avec la rencontre quotidienne entre une fille et un garçon du programme, mais il y a aussi des intrigues qui vont se mêler, car vous vous doutez qu’un tel programme ne peut cacher un gros scandale ! J’ai apprécié le fait que l’on retrouve des schémas du vaisseau spatial ou encore des tableaux du classement des prétendants. Une fois rentrée dans l’histoire, ça a été une lecture très prenante, et la fin nous laisse sur un gros suspense qui ne peut que nous donner envie de lire la suite !

  • Citations:

« Les vieux sont des jeunes pour qui tout a été trop vite. »

« La monstruosité est dans l’œil de celui qui regarde… »

A très bientôt,

Little Meggy

#170 Lecture – Bienvenue dans un monde positif

Hello les girafons !

Merci à Babelio et aux éditions Massot pour l’envoi de ce livre ! Un peu de positif ne peut faire que du bien par les temps qui courent !

CHENEBAULT Christophe, Bienvenue dans un monde positif. Editions Massot, 2021. 271 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

« D’une manière douce, nous pouvons secouer le monde » nous suggérait Gandhi. C’est ce que ce livre passionnant nous rappelle. Il est en effet grand temps de prendre les bonnes nouvelles au sérieux, car partout sur la Terre, une multitude d’initiatives positives sont à l’œuvre, et forment pas à pas une révolution silencieuse. Des collectifs, des gouvernements, des organisations, des citoyens nous interpellent, inventent une nouvelle société et créent un nouveau patrimoine commun de l’humanité. L’auteur nous invite à faire un tour de ces incroyables graines de changement. Nature, société, environnement, transport, alimentation, énergie, bien-être, animaux, éducation… ce livre en trace la route à travers 100 histoires qui se déroulent en ce moment sur notre belle planète. Un réel condensé d’espoir à lire sans modération.

  • Mon avis: 16/20

A travers 13 thèmes, l’auteur va nous informer sur 100 faits qui font évoluer le monde positivement. Quand l’actualité est faite de guerre, de pandémie et de nouvelles les plus attristantes les unes que les autres, c’est une bouffée d’espoir que de lire ce livre ! Il ne s’agit pas d’oublier toutes les tragédies de ce monde, mais de mettre l’accent sur ce qui avance pour faire progresser le monde. L’auteur, en 2-3 pages présente des initiatives qui font, ou vont faire avancer le monde. Saviez-vous que le Costa Rica produit quasiment 100% de son électricité grâce aux énergies renouvelables ? Que l’on sait même recycler les déchets plastique en carburant ? On peut s’inspirer de ce livre pour agir à notre échelle: utiliser le moteur de recherche Ecosia qui reverse ses bénéfices pour la plantation des arbres (et qui en plus ne revend pas nos données personnelles!) Alors bien sûr, il ne s’agit pas de se voiler la face, le monde va mal, c’est sûr, mais n’aurait-on pas les solutions pour le rendre meilleur ? Cela ne serait-il pas qu’une histoire d’argent ?… Bref, avec ce livre vous apprendrez des choses et vous retrouverez peut-être un peu d’espoir !

  • Citations:

« Elle utilisera un procédé ultramoderne de transformation du plastique en combustible et recyclera de manière durable les déchets qui ont atteint leur fin de vie, y compris les objets difficilement recyclable comme les films plastique, les emballages souples, le polystyrène expansé et les jouets en plastique. »

« Le Bhoutan est le seul pays au monde à avoir inscrit le bonheur de ses 765 000 habitants au coeur des politiques publiques. Ainsi aucun projet, aucune loi ne peut être adoptée sans l’accord de la Commission du bonheur national brut. »

#166 Lecture – Parker Pyne enquête

Hello les girafons !

J’essaye de lire au moins un roman d’Agatha Christie par an, et voilà qui est chose faite pour cette année.

CHRISTIE Agatha, Parker Pyne enquête. Editions Le live de Poche, 2018. 317 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

« Heureux(se) ? Sinon, venez consulter Mr Parker Pyne. 17 Richmond Street. » Cette annonce parue dans le Times attire bien des clients, un peu incrédules mais sans aucun doute malheureux. Aux quatre coins du monde, à Delphes, Chiraz ou Londres, Parker Pyne, professeur de bonheur, s’engage à vous faire retrouver l’amour et la joie de vivre. Vous pouvez être sûr(e) qu’il mettra en œuvre tous les moyens nécessaires, y compris les plus abracadabrants, pour y parvenir…

  • Mon avis: 16/20

Comme vous l’aurez sans doute compris au résumé, ce roman d’Agatha Christie ne met ni en scène Hercule Poirot ni Miss Marple. C’est un recueil de 14 nouvelles où parfois malgré lui, Mr Parker Pyne va proposer ses services pour le moins originaux pour rendre ses clients heureux. Contrairement à ce que nous a habitué la reine du crime, on ne retrouve pas de cadavre dans toutes les nouvelles. Les nouvelles sont très courtes, mais étant donné que l’on retrouve toujours le même personnage principal, ce n’est pas gênant. Il va d’abord travailler depuis son bureau où il n’hésite pas à faire appel à des collaborateurs, puis lors de ses voyages, il va travailler malgré lui.

J’ai beaucoup aimé ce livre, même si je n’ai pas accroché à toutes les nouvelles. Les mini-enquêtes sont bien rythmées, c’est plaisant à lire. On retrouve beaucoup d’humour et de malice dans le personnage de Parker Pyne. C’est un recueil de nouvelles très agréable à lire et que je vous recommande.

  • Citations:

« Quand la vie vous joue des tours et que l’on traverse une crise, la meilleure solution consiste encore à faire bonne figure et à bluffer. »

« Aucune femme n’aime avoir une existence sentimentale trop simple ! »

Je serai curieuse de savoir quel est votre roman préféré d’Agatha Christie ?

A très bientôt,

Little Meggy

#164 Lecture – Moi, ton père

Grâce à Babelio, j’ai pu découvrir un recueil de poèmes. Je vous le présente donc:

WOLFSON Adi, Moi, ton père. Editions Stellamaris, 2021. 99 pages.

– Resumé (4eme de couverture):

Le recueil “Moi, ton père” a été rédigé pendant une période de grande confusion et de peine profonde lorsque l’auteur apprend que son enfant qu’il considérait comme sa fille est en fait son fils. Cette révélation difficile à assimiler va nécessiter beaucoup de temps, d’écoute, d’amour, de persévérance et de rapprochement entre le père et le fils. Les poèmes témoignent des étapes de cette révélation avec une précision minutieuse et franche, avec la sagesse du cœur et, non moins important, en temps réel. Les premiers poèmes ont été écrits six mois environ avant que son fils transgenre ne sorte du placard et les autres durant les quatre mois suivants. Rédigés au cœur de la tempête ils nous permettent, en beauté et en profondeur, de saisir le lien existant entre le père et son fils que seule la poésie est capable de transmettre.

– Mon avis: 16/20

Merci aux éditions Stellamaris’et à Babelio pour l’envoi de ce livre ! Je ne suis pas du tout experte en poésie, mais j’aime de temps en temps lire un recueil. Moi, ton père est un recueil de poèmes écrits en prose. De juillet 2017 à mars 2018, l’auteur va décrire son ressenti face à la transformation de sa fille en garçon. Ce type de poèmes m’a beaucoup fait penser au recueil de poèmes Lait et miel de Rupi Kaur, mais sur un autre sujet.

J’ai déjà lu des romans sur le sujet de la transexualité dont Point cardinal de Leonor DE RÉCONDO et il est intéressant de continuer de découvrir le sujet avec un autre genre littéraire. Les poèmes ont su me toucher, on découvre à travers eux l’amour qu’un père porte à son enfant malgré les grands bouleversements qui arrivent dans cette famille. L’auteur étant israélien, on imagine facilement que ce sujet doit être tabou dans cette région du monde. C’est courageux, et je pense, un grand acte d’amour d’oser dévoiler comme cela ses émotions.

Si le sujet vous intéresse, je vous recommande ce recueil de poèmes que j’ai trouvé touchant.

Citations:

« Non, ne me dites pas

qu’il s’agit d’une épreuve,

et n’appelez pas cela

une leçon,

un test,

ou un défi.

C’est la vie. »

À très bientôt,

Little Meggy

#162 Lecture – Les étincelles

Hello les girafons !

Voici l’une de mes dernières lectures (j’ai pris du retard sur mes articles de blog…)! Un roman que j’ai dévoré et adoré, mais que je n’ai pas trouvé parfait.

SANDREL Julien, Les étincelles. Editions Calmann-Lévy, 2020. 390 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

La jeune Phoenix, 23 ans, a le goût de la provocation, des rêves bien enfouis, et une faille terrible : il y a trois ans, son père, un scientifique, s’est tué dans un accident de voiture en allant rejoindre une autre femme que sa mère. Depuis, Phoenix le déteste. À cause de lui, elle a abandonné études et passions et enchaîne les petits boulots. Mais un jour, dans un carton qui dort à la cave, elle découvre la preuve que son père se sentait en danger. Ainsi qu’un appel à l’aide énigmatique, écrit dans une langue étrangère. Et si elle s’était trompée ? Et si… la mort de son père n’avait pas été un accident ? Aidée de son jeune frère, un surdoué à l’humour bien ancré, Phoenix se lance à la recherche de la vérité. Mais que pourront-ils, tout seuls, face à un mensonge qui empoisonne le monde ?

  • Mon avis: 18/20

Ce roman est une très belle découverte. On va suivre Phoenix qui découvre un indice lui donnant le déclic pour découvrir les circonstances de la mort de son père. A travers son parcours, on va parler écologie, protection de l’environnement et des humains au contact de produits dangereux, on va dénoncer les grands groupes industriels qui n’hésitent pas à payer pour faire taire les gens. Ce sont des sujets d’actualité, qui sont traités avec justesse, bien qu’un peu trop de facilité. Cela en devient presque improbable. C’est un peu rageant de voir que Phoenix rencontre toujours les bonnes personnes au bon moment. Une chance que les personnages soient attachants ! J’ai également relevé 2-3 incohérences au cours de ma lecture. La plume est fluide, on enchaine les chapitres de manière très addictive. C’est chouette de lire des romans engagés de la sorte, et le sujet abordé nous permet de réfléchir sur nos modes de consommation. Je découvrirai avec plaisir les autres romans de Julien Sandrel.

  • Citations:

« Je suis persuadée que dans la vie, il est toujours temps de faire les bons choix. Je me dis que j’en ai fait beaucoup de mauvais, ces derniers temps… et puis non, il n’y a pas de mauvais choix, dès lors qu’il y en a un. Papa me disait toujours : «Si c’est ta décision, alors c’est la bonne décision. N’en doute jamais».

« Que sommes-nous face à l’immensité du ciel ? Des poussières, de simples grains de pollen. Mais dotés d’un extraordinaire pouvoir : celui de choisir. Choisir de se jeter dans la mer et de périr sans avoir rien construit. Ou choisir de se poser, quelque part dans l’herbe fraîche. »

A très bientôt,

Little Meggy

#161 Lecture – Dent d’ours T1

Hello les girafons !

Je fais décidemment de belles trouvailles dans les boites à livres: voici une BD qui n’attendait que d’être lu !

Yann et Alain HENRIET, Dent d’ours T1 Max. Editions Dupuis, 2013. 56 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

Silésie, dans les années trente. Trois enfants inséparables, Max, Werner et Hanna, partagent la même passion pour l’aviation. Mais au loin, l’écho du martellement des bottes et du sinistre fracas des casques commence déjà à résonner ! Bientôt l’ouragan d’acier qui va ravager toute l’Europe va contraindre notre trio à devoir effectuer de terrible choix. Leur amitié pourra-t-elle y survivre ?

  • Mon avis: 17/20

Si j’ai embarqué cette BD avec moi lorsque je l’ai trouvé en boîte à livres, c’est parce que j’ai tout se suite été attiré par le travail de l’illustrateur. Malgré le contexte sombre de l’histoire, on a des dessins qui ne sont pas trop noir, et une jolie palette de teintes et de couleurs. Il y a en effet un filtre un peu sépia qui donne un air rétro au dessin. L’histoire est touchante, on comprend vite quelles vont être les problématiques. Seconde guerre mondiale, aviation, amitié et trahison sont les thèmes principaux de cette BD. A la fin de ce 1er tome, on ne peut qu’avoir envie de découvrir la suite pour savoir quels choix va faire Max. Ca se lit très rapidement, j’espère pouvoir emprunter les autres tomes à la bibliothèque.

  • Citations:

« -C’est pas juste ! On est encore tous les trois silésiens, non?
-Oui, mais Werner et moi, on est d’origine allemande et pas toi, Max.
-Quelle différence ça fait, là haut dans le ciel ? »

« Qui se soucie de savoir si certains nuages sont polonais, allemands, tchèques ou juifs ? »

A très bientôt,

Little Meggy

#160 Lecture – Les trois crimes de Noël

Hello les girafons !

Tout d’abord, je souhaite une belle et heureuse année à tout ceux qui passeront par là ! Voici la lecture qui m’a accompagnée fin 2021 et début 2022.

JACQ Christian, Les enquêtes de l’inspecteur Higgins, T3: Les trois crimes de Noël. Editions XO, 2016. 255 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

La nuit de Noël, le froid, un manoir perdu au cœur de la vieille Angleterre. Un étrange musée peuplé de chefs-d’œuvre rassemblés par un aristocrate excentrique, mort dix ans plus tôt. Une mort suspecte qui appelle la vengeance et en annonce d’autres, celles de ses hôtes invités à connaître son testament. Parmi eux, l’ex-inspecteur-chef Higgins, ami du Lord défunt. Son cadeau de Noël ? Trois crimes, et la mort qui rôde.

  • Mon avis: 15/20

En avril 2021, je découvrais la plume de Christian Jack avec Toutânkhamon: l’ultime secret et j’avais été déçu. Quand j’ai trouvé Les trois crimes de Noël dans une boîte à livres, je me suis dis que je devais retenter de lire cet auteur. Et j’ai bien fait ! Cette histoire n’a aucun rapport avec l’Egypte, sujet de prédilection de l’auteur. Il s’agit d’un tome 3, et je n’ai pas lu les précédents. Mais je pense que les livres de cette saga peuvent se lire indépendamment les uns des autres car je n’ai pas du tout été gêné lors de ma lecture. En plongeant dans cette lecture, j’ai eu l’impression de plonger dans une histoire mélangeant Hercule Poirot et Sherlock Holmes. Il y a beaucoup de similitudes avec les romans d’Agatha Christie: on assiste à l’enquête d’un ex-inspecteur de Scotland Yard accompagné du superintendant Marlow dans un manoir. C’est un huit clos où les huit personnages vont témoigner, se soupçonner, se tendre des pièges, etc… Le roman se lit très facilement, c’est rythmé par des chapitres courts. Si vous aimez les romans d’Agatha Christie, je pense que vous ne pourrez qu’aimez cette saga. Je vais maintenant aller redéposer ce livre en boîte à livres en espérant qu’il trouve vite un nouveau lecteur !

  • Citations:

« L’amitié est le plus doux des remèdes aux faiblesses humaines. »

« L’argent, ce n’est pas mon problème, mais l’amitié, ça ne se marchande pas. »

A très bientôt !

Little Meggy

#158 Lecture – Nord et Sud

Hello les girafons !

En cette veille de Noël, je me décide enfin à faire la chronique de ma dernière lecture qui est un quasi coup de coeur ! J’avais entendu parler de ce roman sur la chaîne booktube de Petite Lectrice et elle m’avait donner très envie de le lire.

GASKELL Elizabeth, Nord et Sud. Editions Fayard, 2005. 512 pages

  • Résumé (résumé livraddict):

C’est le choc de deux Angleterre que le roman nous invite à découvrir : le Sud, paisible, rural et conservateur, et le Nord, industriel, énergique et âpre. Entre les deux, la figure de l’héroïne, la jeune et belle Margaret Hale. Après un long séjour à Londres chez sa tante, elle regagne le presbytère familial dans un village du sud de l’Angleterre. Peu après son retour, son père renonce à l’Eglise et déracine sa famille pour s’installer dans une ville du Nord. Margaret va devoir s’adapter à une nouvelle vie en découvrant le monde industriel avec ses grèves, sa brutalité et sa cruauté. Sa conscience sociale s’éveille à travers les liens qu’elle tisse avec certains ouvriers des filatures locales, et les rapports difficiles qui l’opposent à leur patron, John Thornton.

  • Mon avis: 19/20

Ce roman de la littérature victorienne est un quasi coup de coeur ! J’ai tout aimé dans ce roman qui m’a passionné. J’ai aimé découvrir la vie en Angleterre, l’ambiance qui s’en dégageait. Beaucoup de thématiques en lien avec les différentes classes socio-économiques sont abordées: la grève, les syndicats, les conditions de travail, etc… J’ai aussi aimé le personnage de Margaret, qui m’a parut bien avant-gardiste: elle arrive à imposer des idées modernes pour son époque, en mettant de côté les convenances, mais sans pour autant risquer de choquer autrui. Elle va affronter bien des épreuves, et pourtant, elle ne laissera personne influencer ses choix et ses idées. On voit naître une histoire d’amour, et cela ajoute un petit quelques chose en plus au roman. Malgré que ce roman ait été écrit en 1855, on est sur un style très accessible. Alors certes, c’est un pavé, mais une fois que l’on est bien rentré dans l’histoire, on enchaîne les chapitres très facilement. Alors pourquoi ce n’est pas un coup de coeur ? Je ne sais pas, car j’ai tout aimé. J’ai peut-être mis trop de temps à le lire ce qui ne m’a pas toujours permis d’être « à fond dedans ». Mais je vous recommande cette lecture, et je n’hésiterai pas à découvrir les autres romans de cette auteure !

  • Citations:

« Ce dont je ne veux pas entendre parler, c’est de remords; efface tes mauvaises actions (si tu es particulièrement consciencieuse) par une bonne action, sitôt que tu peux. Exactement comme nous faisions au collège lorsque nous écrivions une addition correcte par-dessus une fausse, mal effacée. Cela valait mieux que de mouiller l’éponge avec nos larmes; cela offrait le double avantage de nous éviter de perdre du temps, car les larmes sont parfois longues à venir, et de nous assurer un meilleur résultat au bout du compte. »

« En se rendant compte de ce qui aurait pu être, elle en vint à se féliciter de ce qui était. »

A très bientôt !

Little Meggy

#157 Lecture – L’amour s’invite à Noël

Hello les girafons !

Voici une lecture de saison, dans la thème de Noël ! Il s’agit d’un recueil de nouvelles écrites par les différentes autrices de la team RomCom.

ALEXIS Isabelle, BREAU Adèle, VAREILLE Marie, BEHAR Tonie, HENRIONNET Sophie, LEVY Marianne, L‘amour s’invite à Noël. Editions de Noyelles, 2020. 275 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

Déguisée en Mère Noël, Valentine se retrouve malencontreusement enfermée au dernier étage d’un grand magasin… Audrey, activiste pour les droits des animaux, commence les fêtes en garde à vue… À quelques heures du réveillon, Catherine se lance dans la quête désespérée d’un brie aux truffes… Pour elles, comme pour Eva, Vincent, Charlie… quand Noël tourne à la catastrophe, c’est que l’amour n’est pas loin! Avec ces neuf nouvelles des stars françaises de la comédie romantique, Noël s’annonce délicieusement drôle et féérique.

  • Mon avis: 12/20

Cette lecture est un petit flop pour moi. Je ne suis pourtant pas frileuse à lire des romances, et encore moins des romances de Noël devant lesquelles je suis capable de pleurer à chaudes larmes à la télé. Mais là, je n’ai pas été emballé plus que ça. C’est un recueil de 9 nouvelles, dont quelques unes qui se suivent (on a une histoire, puis un encart « 1 an après » avec la suite). Les nouvelles sont vraiment courtes (entre 20 et 50 pages) donc à peine on est installé dans un décors et une ambiance, que c’est déjà la fin. Alors bien sûr, certaines nouvelles m’ont plus plu que d’autres; notamment celles d’Adèle Bréau et de Marie Vareille, mais je dois avouer que la 1ère et les 2 dernières m’ont plutôt déçues. Le livre remplit tout de même son job de romance de Noël: c’est divertissant et sans prise de tête ! Mais je ne lirai pas les autres nouvelles de la team RomCom…

  • Citations:

« Écrivain est un métier dangereux pour la santé. La vie devient la fiction. Et la fiction, la réalité ».

« _Ce que je vois surtout, c’est que vous êtes complètement coincé dans votre système de pensée scientifique…
_Parce qu’il y a un autre système pour comprendre la nature ?
_Oui, ça s’appelle la littérature. »

A très bientôt,

Little Meggy

#156 Lecture – Bird Box

Hello les girafons !

Je lis peu de thriller car mon petit coeur sensible à un peu de mal avec ça, mais j’ai enfin réussi à sortir de ma PAL ce thriller qu’on a vu beaucoup passer à sa sortie.

MALERMAN Josh, Bird Box. Editions Le livre de poche, 2015. 380 pages.

  • Résumé (4ème de couverture):

Depuis qu’ils sont nés, les enfants de Malorie n’ont jamais vu le ciel. Elle les a élevés seule, à l’abri du danger sans nom qui s’est abattu sur le monde. On dit qu’un coup d’oeil suffit pout perdre la raison, être pris d’une pulsion meurtrière et retourner sa violence contre soi. Bientôt, les murs de la maison ne suffiront plus à protéger la famille. Alors, les yeux bandés, ils vont affronter l’extérieur et entamer un voyage effrayant, tentative désespérée pour rejoindre une colonie de rescapés. Arriveront-ils à bon port, guidés seulement par l’ouïe et l’instinct ?

  • Mon avis: 15/20

Une maman fuyant un monde post-apocalyptique avec ses deux enfants… Autant dire qu’il m’a fallut un moment avant de me décider à le lire ! J’ai eu un peu peur pour mon âme sensible, mais au final, ça l’a fait ! L’auteur nous happe dans son récit: des chapitres courts qui rythme la lecture, un style fluide qui font que c’est un vrai page-turner. L’auteur alterne les chapitres entre le présent et le passé qui nous amène à comprendre comment Malorie est arrivée dans cette situation. On a envie de comprendre le comment, et le pourquoi. Et d’ailleurs, on ne sait toujours pas pourquoi les gens perdent la raison…. Dans un thriller, j’ai toujours un peu de mal à m’attacher aux personnages, j’ai trouvé Malorie très froide avec ses enfants (elle les appelle Garçon et Fille), mais cela reste tout à fait entendable dans ce contexte de fin du monde. Il y a des rebondissements inattendus, la tension monte au fil des pages mais la fin n’est pas une grande surprise. Un tome 2 est sorti (mais non traduit en français pour le moment), et le film est disponible sur Netflix.

  • Citations:

« Quand des gens sont contraints de vivre ensemble, leur intimité devient quelque chose d’essentiel. »

« Comment peut-elle attendre de ses enfants qu’ils aient envie de toucher les étoiles s’ils ne peuvent même pas lever la tête pour les admirer ? »

L’avez-vous lu ?

A très bientôt,

Little Meggy