#68 Lecture – Lettre d’une inconnue

Hello les girafons !

Il y a un an, je vous présentais une nouvelle de Stefan Zweig: Vingt-quatre heures dans la vie d’une femme. J’avais été touché par la plume de cet auteur. C’est pourquoi j’ai lu une autre de ses nouvelles:

ZWEIG Stefan, Lettre d’une inconnue. Editions Stock, La Cosmopolite, 2009. 105 pages.

lettre d'une inconnue

  • Résumé (4ème de couverture):

Un amour total, passionnel, désintéressé, tapi dans l’ombre, n’attendant rien en retour que de pouvoir le confesser. Une blessure vive, la perte d’un enfant, symbole de cet amour que le temps n’a su effacer ni entamer. Une déclaration fanatique, fiévreuse, pleine de tendresse et de folie. La voix d’une femme qui se meurt doucement, sans s’apitoyer sur elle-même, tout entière tournée vers celui qu’elle admire plus que tout.

  • Mon avis:       18/20

J’ai encore été séduite par la plume de Stefan Zweig. Elle est simple et accessible mais pourtant elle fait passer tant d’émotions. On va suivre cette jeune fille de 13 ans qui tombe amoureuse de son voisin. Et toute sa vie, elle vivra dans l’attente de cet homme qui ne la remarque pas. L’amour qu’éprouve la jeune femme pour cet homme est décrit avec passion, et j’ai même trouvé que cela virait parfois à l’obsession, voire que cet acharnement à aimer cet homme était maladif (genre érotomanie ?). Cela n’en rend le récit que plus fort et montre que cette femme est prête à tout pour l’homme qu’elle aime. Elle est pleine d’altruisme pour cet homme, lui est plein d’égoïsme et ne la reconnaitra jamais…

Cette nouvelle se lit d’une traite, et elle est pour moi ma préférée de cet auteur.

  • Citations:

« Rien n’existait pour moi que dans la mesure où cela se rapportait à toi; rien dans mon existence n’avait de sens si cela n’avait pas de lien avec toi ».

Tous les hommes, tous, m’ont gâtée; tous se sont montrés bons envers moi; toi, toi seul tu m’as oubliée, toi, toi seul, tu ne m’as jamais reconnue.

Quel est votre nouvelle préférée de Stefan Zweig ?

A très bientôt,

Little Meggy