#78 Lecture – Le cirque des rêves

Hello les girafons !

J’étais très curieuse de découvrir Le cirque des rêves car j’en ai lu beaucoup de bien sur les critiques. Pourtant mon avis reste assez mitigé…

MORGENSTERN Erin, Le cirque des rêves. Editions Flammarion, 2012. 496 pages.

le cirque des reves.JPG

  • Résumé (4ème de couverture):

« Le cirque arrive sans crier gare. Aucune annonce ne précède sa venue, aucune affiche sur les réverbères, aucune publicité dans les journaux. Il est simplement là, alors qu’hier il ne l’était pas. » Sous les chapiteaux rayés de noir et de blanc, c’est une expérience unique, une fête pour les sens où chaque visiteur peut se perdre avec délice dans un dédale de nuages, flâner dans un luxuriant jardin de glace, s’émerveiller et se laisser enivrer… BIENVENUE AU CIRQUE DES RÊVES ! Derrière la fumée et les miroirs, la compétition fait rage. Deux jeunes illusionnistes, Celia et Marco, s’affrontent dans un combat magique pour lequel ils sont entraînés depuis l’enfance. Cependant ils s’aiment, et cette passion pourrait leur être fatale.

  • Mon avis:   15/20

L’atout majeur de ce livre est l’univers créé par l’auteur. On entre dans ce cirque plein de mystères où la magie prend une place importante sur le réel. Je trouve d’ailleurs que la couverture reflète très bien l’ambiance du livre. L’histoire d’amour entre Célia et Marco n’est, à mes yeux, pas assez au centre de l’intrigue, laissant trop de place au Cirque des rêves tel un personnage à part entière. Le cirque va être décrit en long, en large et en travers, ainsi que l’apprentissage des différents personnages (et des personnages il y en a beaucoup !), mais il ne va pas être facile de faire tout de suite les liens. Il faut de la concentration pour réussir à rentrer et comprendre l’histoire. Ce qui explique pourquoi j’ai mis plus de 2 semaines à le lire !

La plume de l’auteur est très soignée, riche et envoutante, même si j’ai pu retrouver des longueurs. Ce qui m’a également parfois dérangé, c’est la chronologie du livre. En effet, au début de chaque chapitre, il y a une date, et il est important d’y faire attention, surtout au début au risque d’être complètement perdu dans l’histoire.

En bref, c’est une histoire pleine de magie et très agréable à lire, mais il m’a fallut persévérer pour pouvoir rentrer dans l’histoire.

  • Citations:

« Les gens voient ce qu’ils ont envie de voir. Et la plupart du temps, ils voient ce qu’on leur dit de voir. »

« Le passé vous colle à la peau comme le sucre en poudre sur les doigts. Il y en a qui arrivent à s’en débarrasser, mais il est toujours là, toutes ces choses, ces événements qui vous ont amenés là où vous êtes. »

Avez-vous ou comptez-vous lire ce roman ?

A très bientôt,

Little Meggy

Publicités

#72 Lecture – Calyx

Hello les girafons !

Grâce au site SimPlement et à l’auteur LiliEhlm, j’ai pu recevoir en service presse le roman Calyx en version numérique.

LiliEhlm, Calyx. Auto-édité, 2017. 50 pages

calyx

  • Résumé:

Deux ans avant leur majorité, tous les Vampires vivant en Angleterre et ayant les moyens – provenant des familles nobles – se rendent à l’École. Ville auto-gérée depuis plusieurs centaines d’années, construite pour contrôler le flux de Vampires, elle est aussi le lieu où tous les Calices sont éduqués à leur rôle, jusqu’à leur majorité révolue.
Un lien se crée alors entre Calice et Vampire qui, s’il n’est pas forcément amoureux, se tisse pour l’Éternité. Voici le monde de Suzan, Calice désormais âgé d’une vingtaine d’années, venant de perdre son meilleur ami, Liam. Lui aussi était un Calice. Mais sans Vampire. Ce dernier étant décédé avant la majorité du garçon, il devenait un Obligé. Un Calice soumis à des règles aberrantes et strictes. Suzan ne comprend pas comment l’État et le Système du monde où il vit ont pu laisser faire ça, sans réagir. Surtout que Liam n’est pas le premier. Et ne sera pas le dernier. Sauf si Suzan arrive à convaincre son Vampire d’y remédier.

  • Mon avis:         13/20

L’auteur a créé un univers original: je n’avais jamais lu de livres avec comme thématique les vampires; et je dois dire que cela m’a plutôt plus. Suzan va « se battre » pour obtenir des lois plus justes envers une catégorie de calices qu’on appelle « les obligés ». Ceux-ci ont très peu de droits et libertés. La situation de départ m’a plu mais malheureusement, j’ai trouvé que le thème n’avait pas été assez approfondie. Avec un sujet comme celui-ci, je pense qu’il y aurait eu matière à aller plus loin dans les réflexions. Les évènements s’enchainent un peu trop facilement: l’histoire se passe sur une dizaine de jours, et en dix jours, on a résolu le problème, ou presque. Je trouve cela beaucoup trop simple et peu probable. Il y avait matière à faire plus. L’écriture de l’auteur est fluide, mais elle présente quelques maladresses. Je reste un peu sur ma faim…

  • Citations: 

Le sang de leur Calice étant sacré, la première morsure est la plus importante. La plus pure. Celle qui lie pour l’Éternité.

A très bientôt,

Little Meggy